La GovTech, un enjeu pour la souveraineté de l’identité numérique

Avec la crise sanitaire, la GovTech connaît un développement fort qui questionne la souveraineté numérique des États. Quel rôle l’identité numérique a-t-elle à jouer dans ce contexte ?

GovTech

Qu’est-ce que la GovTech ?

Contraction des termes « gouvernement » et « technologie », la GovTech est un secteur issu du marché de la Tech constitué d’acteurs qui entendent orienter l’innovation au service des citoyens.

Les promoteurs de la GovTech la présentent comme une opportunité pour les États d’améliorer et de simplifier le fonctionnement des services publics pour le bénéfice des citoyens, en particulier dans le secteur de la santé avec la situation sanitaire.

La COVID-19, catalyseur de la GovTech

La crise sanitaire de la COVID-19 accélère l’émergence des GovTech, entendues comme « l’utilisation et l’achat de solutions technologiques innovantes pour un acteur public ».* En effet, le secteur des GovTech connaît une forte croissante portée par de nombreux acteurs privés dont des start-up. Ainsi, le marché global des GovTech, aujourd’hui estimé à environ 400 milliards de dollars avec une croissance annuelle de 15 %, pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars en 2025.**

Cet essor des GovTech, exponentiel dans le domaine de la santé, répond à la stratégie de l’Union européenne de développer une Union de la santé, renforçant la capacité de répondre aux crises de santé publique et en particulier les efforts pour produire et distribuer des vaccins en Europe et à travers le monde.

Des GovTech pour le climat ?

Afin de répondre à l’engagement de l’Europe à réduire d’au moins 55 % ses émissions de CO2 d’ici à 2030, la GovTech constitue aussi une opportunité pour les États de moderniser leurs solutions et de réduire leur empreinte carbone. Par exemple, le transport intelligent permet d’optimiser les temps de trajet grâce à la communication Véhicule-à-Infrastructure mais également de choisir l’itinéraire le plus sûr et le plus efficace énergétiquement en évitant les zones à faible émissions ou en compensant les émissions.

Cette tendance sera accentuée par la plus grande ouverture des données publiques grâce à la troisième directive européenne sur l’open data (Directive (EU) 2019/1024) qui doit être transcrite par les États membres avant 17 juillet 2021. Celle-ci permettra d’ouvrir les données pour de nouveaux services européens transfrontaliers. La mobilité, un des secteurs prioritaires de cette directive, en bénéficiera pour devenir plus vertueuse.

Pour en savoir plus sur le transport intelligent et sur la thématique des GovTech pour le climat chez IN Groupe, retrouvez l’offre V2X de notre marque Nexus ou encore notre cas d’étude sur le Certificat Qualité de l’Air.

Un défi pour la souveraineté numérique des États

Cet essor des GovTech met en lumière des problématiques nouvelles et soulève en particulier la question de la souveraineté numérique des États, notamment dans le cadre du développement d’applications de traçabilité pour lutter contre la crise sanitaire.

Des acteurs privés font émerger de nouveaux enjeux pour le monopole de l’État sur des fonctions publiques fondamentales, y compris d’ordre régalien, telles que la gestion des frontières ou la santé publique. C’est le cas par exemple pour la gestion des données à caractère personnel collectées dans le cadre d’un service public.

L’identité numérique, élément clé de la souveraineté digitale et de l’inclusion sociale

Pour répondre au défi de la souveraineté numérique, il est essentiel de poser une première pierre dans la construction d’un espace de confiance digital, à savoir l’identité numérique. Du reste, la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne confirme dans son programme la priorité stratégique de promouvoir une identité numérique européenne afin de favoriser un meilleur accès et un partage de données et d’informations de qualité pour faciliter la vie des citoyens.

Associée à un titre d’identité physique, l’identité numérique offre aux citoyens une authentification hautement sécurisée pour permettre en présentiel ou à distance un accès simplifié et fluide aux e-services de l’État. De fait, à l’ère du digital, les risques d’usurpation d’identité et de la commercialisation des données personnelles font de la maîtrise et de la protection de l’identité numérique des enjeux majeurs.

Par ailleurs, une identité numérique simple et universelle donne au plus grand nombre de citoyens l’accès aux services de base de l’économie numérique de demain et d’aujourd’hui. La modernisation mènera d’un usage de technophiles à celui de l’ensemble de la population sans exclusion.

Penser l’identité comme le Droit d’Être Soi

Partenaire de l’État français depuis près de 500 ans, IN Groupe exporte son savoir-faire en matière de solutions d’identité et aide de nombreux gouvernements pour accompagner les nouveaux usages numériques et développer leur autonomie digitale.

La conviction d’IN Groupe est que l’identité n’est pas un service mais un droit qui doit être garanti à chacun de manière simple et sécurisé. Au-delà d’un simple acteur économique, IN Groupe est un partenaire de confiance pour tout État, administration ou entreprise qui désire conserver sa souveraineté numérique et offrir à chacun le Droit d’Être Soi.

*R. Berger/PUBLIC, « GovTech en France : état des lieux et perspectives », novembre 2019.

**N. Ismail, « GovTech to Hit $1 Trillion by 2025 », Information Age, www.information-age.com

Notifications