Téléchargements
Vidéos
1:50

IN Groupe, Le droit d’être soi

Contactez-nous

28/09/2011 - Europe 1
"Police", voici ma nouvelle carte !

Les avancées technologiques vont booster les capacités de cet outil pour les agents.

La carte de police fait peau neuve. Elle comprend toujours la photo du fonctionnaire et le mot police en grosses lettres rouges mais cache de nombreuses innovations électroniques. Europe1.fr fait les présentations.

Comme une carte bancaire

Outre ses fonctions de carte de réquisition, permettant au policier, notamment en civil, de s’identifier, la nouvelle carte va en effet permettre à l’agent de s’authentifier pour accéder à son ordinateur ou aux fichiers sur lesquels il est habilité à travailler. Ainsi, à l’image d’une carte bancaire, la nouvelle carte de police fonctionne avec une puce et un code PIN personnel sécurisant tous les accès.

Comme un passe

"Cette nouvelle carte, qui est une mini-révolution pour tous les policiers, est en fait un outil unique d’identification mais aussi d’authentification", se réjouit Pascal Garibian, le porte-parole de des policiers, au micro d’Europe 1. Avec sa puce RFID, la carte servira également de badge d’accès aux bâtiments sensibles.

Comme une carte Vitale

Elle portera enfin la signature électronique de l'agent destiné à faciliter la dématérialisation à venir des procédures, c’est-à-dire la fin de la transmission des PV sur support papier. L’agent insérera sa carte dans un lecteur et paraphera son PV par une signature numérique individuelle, transmise ensuite pour le reste de la procédure.

Comme un billet de banque

Aussi protégée qu’un billet de banque, la nouvelle carte de police comprend dix-huit points de sécurité. Ceci la rend "quasiment infalsifiable", selon le commissaire Winter, qui a supervisé le projet.

Fabriquée par l’Imprimerie Nationale, la nouvelle carte de police est plus économique que sa grande sœur. Elle revient à douze euros l'unité contre quinze à vingt euros pour l’ancienne. Son déploiement a commencé dans la Somme et va s’étendre à tous les policiers français d’ici fin 2012.

Auteurs : Frédéric Frangeul et Guillaume Biet

Références en ligne