Téléchargements
Vidéos
1:50

IN Groupe, Le droit d’être soi

Contactez-nous

14/09/2013 - Francetv info
Le nouveau permis de conduire format "carte de crédit" arrive lundi

Ce nouveau permis européen, qui sera valable 15 ans en France, doit remplacer les quelque 300 millions de documents et 110 modèles existant au sein des 28 États membres.

Bye bye le carton rose ! Le nouveau permis de conduire, rigide et pas plus grand qu'une carte bancaire, entre en circulation dès le lundi 16 septembre. Ce nouveau permis européen, toujours rose, sera valable 15 ans en France. Il doit remplacer les quelque 300 millions de documents et 110 modèles existant au sein des 28 États membres. Entré en vigueur en janvier, il vise à faciliter la libre circulation des personnes et de l'information entre les administrations nationales, grâce à un système d'échange de données européen.

Toujours rose, mais désormais rigide et pas plus grand qu'une carte bancaire, le nouveau permis de conduire, commun aux pays de l'Union européenne (UE), entre lundi en circulation en France et permettra surtout de limiter la contrefaçon. Ce nouveau permis européen, qui sera valable 15 ans en France, doit remplacer les quelque 300 millions de documents et 110 modèles existant au sein des 28 États membres.

Limiter la contrefaçon

La France est le premier pays à déployer ce permis à grande échelle, avec 3 millions d'unités la première année et avec une puce électronique. Cette puce, déchiffrable par les forces de l'ordre, contiendra les informations gravées sur la carte du porteur : nom, photo, date de délivrance, numéro du titre, catégories obtenues et éventuelles restrictions au droit à la conduite. Selon l'Imprimerie nationale, chargée d'éditer les documents en France, une telle technologie "permet statistiquement de réduire la fraude d'environ 50%".

Fabriqué en polycarbonate, un matériau complexe à produire, le nouveau permis intègrera en outre un hologramme proche de celui des passeports biométriques, mais aussi "des images fantômes" ou encore des encres réactives uniquement sous lumière UV. "Certains procédés de sécurité ne sont même pas dévoilés", assure François Joumier, directeur des programmes à l'Imprimerie nationale. Il rappelle aussi que le document actuel peut aisément être falsifié et "utilisé pour justifier un paiement ou détourner une identité".

Références en ligne