Téléchargements
Vidéos
1:50

IN Groupe, Le droit d’être soi

Contactez-nous

13/11/2013 - Le Figaro
Didier Trutt construit le nouveau visage de l’Imprimerie nationale

L’Imprimerie nationale, vieille dame créée en 1538 sous François Ier, fait peau neuve.

Présidée par Didier Trutt depuis 2009, l’entreprise s’est totalement transformée, et adopte à compter d’aujourd’hui une nou­velle identité visuelle pour le faire savoir.

Si elle garde la Salamandre comme em­blème, symbole de sécurité et de confiden­tialité, tout le reste a changé. L’entreprise est passée sous statut de droit privé en 1993, même si elle conserve l’État comme unique actionnaire. Elle est redevenue bénéficiaire (10 % de résultat net pour 170 millions d’euros de chiffre d’affaires prévus en 2013) après des années de déficit.

Passée de la traditionnelle impression papier des titres d’identité au numérique, elle est devenue une entreprise de haute technologie, offrant des solutions d’authentification, de certification et de sécurisation électroniques, qui édite désormais les passeports biométriques ou les nouveaux permis de conduire personnalisés, soit au total 25 millions de titres sécurisés par an, dont 15 millions personnalisés.

« Nous avons gardé la belle façade, mais nous avons tout changé à l’intérieur », ré­sume Didier Trutt. « Nos concurrents viennent de l’électronique et ont racheté des imprimeries. Nous, nous avions l’imprimerie et nous y avons fait entrer l’électronique. »

Une transformation menée de main de maître par cet industriel, diplômé de l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne, qui avec vingt-cinq années passées au sein du groupe Thomson, avait déjà eu l’occasion de mener plusieurs révolutions numériques, comme celle du passage des téléviseurs cathodiques aux écrans plats puis aux réseaux d’accès numériques.

« Forte désormais d’une gamme de produits entièrement rénovée, l’entreprise peut partir à l’international et exporter son savoir-faire »,

explique Didier Trutt, qui est également conseiller du commerce extérieur de la France depuis 1992. L’Imprimerie nationale a ainsi remporté des marchés de gestion de titres avec plusieurs pays en Europe, Afrique et au Moyen-Orient.

Comment Didier Trutt a-t-il réussi cette révolution, loin d’être gagnée d’avance ?

« Grâce à l’adhésion du personnel, qui a vu dans ces nouveaux projets une opportunité de faire rebondir l’entreprise », reconnaît-t-il.

Tout en reconnaissant que si la transformation de l’Imprimerie nationale, qui compte aujourd’hui 700 salariés, a été possible, c’est aussi grâce à la restructuration qu’avait déjà engagée son prédécesseur

M.-C. R.

Téléchargement