Téléchargements
Vidéos
1:50

IN Groupe, Le droit d’être soi

Contactez-nous

09/09/2009 - GraphiLine
Interview de Didier Trutt L'Imprimerie Nationale est un intégrateur de solutions et de services

Antoine Gaillard : Didier Trutt, vous venez tout juste d'être nomme à la présidence de l'Imprimerie Nationale. Mais comment se déroule donc une telle nomination ?

Didier Trutt : Par le biais d'un chasseur de têtes, tout simplement ! Le consultant en charge du recrutement a identifie des potentiels et m'a inscrit sur la liste des candidats. J'ai ensuite passe les différentes étapes d'un processus de recrutement classique, un peu particulier dans le cas de l'Imprimerie Nationale du fait d'un actionnaire public, l'Etat. J'ai donc été auditionné par l'Agence des Participations de l'Etat (APE) puis par le ministère de tutelle de l'IN, à savoir le Ministère des Finances. Le processus a ensuite débouché sur une nomination par décret comme administrateur de l'imprimerie puis comme président en Conseil des Ministres.

AG : Didier Trutt, vous venez d'un groupe d'électronique, le groupe Thomson, quelles similitudes avec le monde de l'imprimerie et l'Imprimerie Nationale en particulier ?

Didier Trutt : il s'agit dans les deux cas de figure d'un secteur industriel hautement technologique et technique, en forte mutation et qui a du ou doit évoluer vers une offre de services. Ce qui implique une totale adaptation aux attentes du marché et une conduite du changement en profondeur des hommes et des solutions. Apres avoir vécu les mutations du secteur de l'électronique, je pense bien comprendre les difficultés de nos collaborateurs qui sont aujourd'hui confrontes aux mêmes évolutions dans l'imprimerie.

AG : quelles sont vos premières impressions à la tête de l'Imprimerie Nationale ?

Didier Trutt : l'Imprimerie Nationale est une vieille entreprise, au sens noble du terme et une belle entreprise. Elle vient de traverser des moments difficiles et toutes les plaies ne sont pas cicatrisées. Elle dispose d'un outil industriel hors pair dans le domaine des imprimes sécurisés, l'usine de Douai, et l'expertise de ses salaries est unique. Plus qu'une imprimerie, l'IN est avant tout pour moi un intégrateur de solutions et de technologies. Nous travaillons ainsi en très étroite relation avec des entreprises comme Sagem, Thales ou Gemalto dans des processus industriels de très haute technologie qui exigent un niveau de sécurité maximal. Or, ce n'est pas forcement l'image qui est véhiculée par l'entreprise, entre problèmes sociaux ou judiciaires. Non, l'Imprimerie Nationale, c'est notamment les passeports biométriques des français délivrés dans un temps record : 100% des passeports livres en moins de 4 jours ! L'imprimerie Nationale, c'est une entreprise qui a du faire sa révolution et c'est une entreprise high-tech !

AG : Justement, comment s'organise aujourd'hui l'Imprimerie Nationale ?

Didier Trutt : l'Imprimerie Nationale est organisée autour de 5 activités : le pole fiduciaire, le pole continu, la plateforme graphique (une plateforme de service destinée aux grand comptes), le pole patrimoine et enfin une délégation de service public gérant les chronotachygraphes des poids lourds. Elle emploie 550 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 130 millions d'euros.

AG : l'Imprimerie Nationale est confrontée à une enquête judiciaire pour des faits de corruption. Ou en est-on ?

Didier Trutt : Nous ne détenons aucune information concernant l'état d'avancement de l'enquête. Cette procédure s'attache, comme vous le savez, a des faits anciens et concerne des salaries qui, pour la plupart, ont quitte l'entreprise depuis longtemps. Il faut considérer que l'export et notamment le grand export est complexe et nécessite des procédures très strictes afin de déterminer la réelle valeur ajoutée de certains intermédiaires. Ce que j'ai pu vérifier durant mes différentes expériences en Asie pour Thomson. Les procédures sont aujourd'hui renforcées et je m'engage totalement dans le respect par tous du code d'éthique de l'entreprise. Une instruction est en cours… Des erreurs ont peut-être été commises par le passe mais je ne peux pas penser un seul instant que l'entreprise ait pu cautionner les actes évoqués.

AG : quelle est votre feuille de route pour les mois a venir ?

Didier Trutt : beaucoup de restructurations ont été conduites a l'Imprimerie Nationale ces dernières années. Il est maintenant venu le temps de la reconstruire et de la redévelopper, en tant que prestataire de services. Accompagner au mieux nos clients dans l'évolution de leurs besoins documentaires, dans la dématérialisation puis la rematérialisation de leurs imprimes ! Cela va nécessiter certains ajustements, certains investissements. Cela va également nécessiter de travailler différemment dans certaines activités. L'entreprise dispose d'excellents atouts, tant technologique qu'humains. Je n'oublie cependant pas que l'Imprimerie Nationale a près de 500 ans d'existence et qu'il faut être très humble au regard de cette histoire.

Téléchargement